Contacts

Enjeux du SAGE

Le SAGE de 2003 a permis de réaliser de nettes progrès quant à la préservation et à la reconquête de la qualité de l’eau et des milieux naturels, la gestion des inondations et la gouvernance sur le territoire.

Les enjeux et objectifs du SAGE de 2003 restent néanmoins d’actualité, même s’ils ont été précisés, lors de la révision du SAGE, au regard de l’évolution du contexte local.

Face à la densification du territoire et à la démographie toujours en hausse, la mutation possible des usages fait en effet peser une menace sur la fonctionnalité des milieux naturels aquatiques, l’équilibre quantitatif et la capacité épuratoire des milieux aquatiques dont le bon fonctionnement dépend avant tout de leur intégrité physique.

Par conséquent, le SAGE révisé renforce les mesures relatives à la préservation des milieux aquatiques. Il intègre également de nouveaux objectifs que sont la conservation de la biodiversité, la préservation de la mer et du littoral et l’adaptation au changement climatique.

Quatre grands enjeux majeurs et trois enjeux transversaux ont été définis par la CLE pour asseoir les objectifs généraux sur l’évaluation des problématiques et prioriser la gestion de l’eau.

Les 4 enjeux majeurs du SAGE Lez-Mosson-Etangs 

Le bassin versant est soumis à une pression foncière particulièrement forte.

La modification des espaces naturels et agricoles peut avoir de nombreuses conséquences sur les différentes thématiques que doit appréhender le SAGE (occupation des sols en lien avec l’espace de bon fonctionnement des milieux aquatiques, des zones humides et des zones d’expansion de crue, l’imperméabilisation et ses impacts sur le ruissellement pluvial, la modification des prélèvements, l’augmentation de la charge polluante à traiter…).

Afin de faire face à ces problématiques, d’anticiper les mutations probables et de permettre un développement harmonieux du territoire, une mise en cohérence est nécessaire entre le SAGE et les politiques d’aménagement du territoire.

 La restauration et la préservation des milieux aquatiques, des zones humides et de leurs écosystèmes
Les milieux aquatiques et les zones humides assurent des fonctions essentielles par leur capacité d’épuration, de régulation des ressources en eau –tant à l’étiage qu’en crue, et leur rôle dans le maintien de la biodiversité et des paysages.
La banalisation et la dégradation de ces milieux pourraient affecter leur pérennité et porter préjudice à l’économie du territoire, dont l’une des richesses est son patrimoine.
L’un des enjeux du SAGE est d’éviter la dégradation des milieux aquatiques, des zones humides et de leurs fonctionnalités et d’assurer la préservation par un développement durable du territoire.


La gestion des risques d'inondation dans le respect des milieux aquatiques Face à l’urbanisation croissante du territoire, les modifications de l’occupation des sols peuvent perturber la dynamique de crue et augmenter l’exposition aux risques par :
  • l’augmentation de l’imperméabilisation des sols, qui aggraverait le ruissellement pluvial et augmenterait la vitesse de transfert des eaux vers les cours d’eau. L’amplitude des crues et les dommages causés en seraient plus importants ;
  • un changement des pratiques et des usages dans les zones d’expansion de crue, entraînant une exposition aux risques plus importante.
Le changement climatique est également un phénomène à anticiper car il pourrait aggraver l’intensité et la fréquence des phénomènes extrêmes. Pour les enjeux déjà exposés, les risques seraient par conséquent plus importants.

Pour réduire de manière significative et durable les risques auxquels la population est exposée, le SAGE vise à concilier la préservation des lits majeurs des cours d’eau, dont les zones d’expansion de crue, et de leur fonctionnement naturel.


La préservation de la ressource naturelle et son partage entre les usages 
Les usages sont fortement dépendants des ressources en eau, dont les ressources en eau superficielle. Le bassin versant est également pourvu de nombreuses ressources souterraines pour l’alimentation en eau potable mais mal connues. Des études sont en cours pour préciser le déficit quantitatif des cours d’eau (étude « volumes prélevables ») et des aquifères karstiques Lez et Mosson.

Le développement du territoire impose de poursuivre l’amélioration de la connaissance de ces ressources pour anticiper l’avenir et assurer planification des besoins au regard de leur potentialité. Sur la base de ces éléments, le SAGE a pour enjeu d'assurer une concertation élargie entre les acteurs institutionnels, les élus et les usagers pour organiser le partage des ressources.


La restauration et le maintien de la qualité des eaux
 Les efforts réalisés depuis 2003 en matière d’assainissement ont permis d’améliorer la qualité de l’eau. Ces efforts doivent se maintenir et une vigilance doit être mise en place afin de veiller à ce que la pression anthropique, toujours en augmentation, ne dégrade pas la qualité de l’eau.
L’un des enjeux du SAGE est d’assurer la préservation, voire la reconquête de la qualité de l’eau, garante de l’économie du territoire à moyen et long terme. 

Les 3 enjeux transversaux du SAGE Lez-Mosson-Etangs Palavasiens

  • La pérennité d’une gouvernance partagée entre les maîtres d’ouvrage des actions du SAGE 

Cet enjeu répond au besoin identifié dans l’état des lieux d’une meilleure coordination des maîtrises d’ouvrage sur le bassin versant et de l’émergence d’un maître d’ouvrage unique pour la gestion des cours d’eau.
  • La sensibilisation et la mobilisation sur la valeur patrimoniale de la ressource de tous les publics présents sur le territoire

Cet enjeu met l’accent sur la mobilisation nécessaire de tous les gestionnaires et usagers ayant un impact direct ou indirect sur l’eau. La formation pédagogique des élus et des aménageurs en charge de l’urbanisme, de l’aménagement du territoire et de la gestion des espaces publics, à la mise en œuvre du SAGE et au respect de ses objectifs et dispositions, ainsi que la sensibilisation du grand public et des scolaires sont des leviers essentiels de l’efficacité de la politique de l’eau du territoire.

  • Le développement continu des connaissances liées à la gestion de l‘eau et le suivi des opérations de gestion

L’amélioration de la connaissance n’est pas un enjeu nouveau mais doit être réaffirmé sur un territoire où les facteurs d’évolution des ressources imposent la mise en place de nombreux suivis pour assurer un « monitoring » du  bassin versant.