Contacts

Présentation du bassin versant

Le bassin du Lez avec ses 746 km², repré­sente 12% de la sur­face totale du Département de l’Hérault. S’étendant du Pic Saint-Loup à la mer Méditerranée, il compte deux cours prin­ci­paux, le fleuve Lez et son prin­ci­pal affluent la Mosson.

Malgré seu­le­ment 28 kilo­mè­tres de long, le Lez est un fleuve qui connait de vio­len­tes crues. Prenant sa source sur la com­mune de Saint Clément de Rivière, il tra­verse l’Agglomération de Montpellier, puis après avoir tra­versé les étangs Palavasiens avec qui il entre­tient des échanges hydrau­li­ques com­plexes, il se jette dans la mer Méditerranée à Palavas les Flots. Le Lirou, le Verdanson et la Mosson sont ses prin­ci­paux affluents.

La géologie du bassin est caractérisé par la présence de massifs karstiques formant un relief vallonné entre lesquels se situent des plaines constituées d'une alternance de marnes et de calcaires. Seules la partie littorale et la zone de Montpellier sont recouvertes par des formations alluviales, des sables ou des limons.

Le Lez prend sa source à la résurgence de type "vauclusien" située sur la commune de Saint Clément de Rivière dans le karst nord-montpelliérain. Cette résurgence (7ème plus grosse résurgence française) fournit de l'eau potable à la majeure partie des habitants du bassin, notamment à ceux de la ville de Montpellier.

La partie Sud du bassin est constituée par 6 étangs côtiers saumâtres appelés Etangs Palavasiens séparés par le canal du Rhône à Sète qui les traverse d'Est en Ouest.

Le climat méditerranéen se caractérise essentiellement par sa douceur et par des précipitations généralement faibles, mais surtout mal réparties dans le temps.

Ce mode particulier de répartition des précipitations entraîne un régime hydrologique particulier pour les cours d'eau qui fonctionnent un peu comme des oueds, avec des crues rapides et violentes et des étiages très sévères.

Le régime hydraulique méditerranéen des cours d'eau du bassin pose d'importants problèmes de gestion, à cause des risques d'inondation, mais aussi en termes de satisfaction des besoins en eau, d'autant que ceux-ci augmentent significativement l'été.

L'étonnante diversité des habitats du bassin versant (diversité climatique, géologique, des reliefs, ...) explique la grande diversité des espèces animales et végétales présentes. Cette richesse faunistique et floristique explique qu'une grande partie du territoire soit couvert par des mesures de protection ou des inventaires.

On recences sur le bassin, de nombreux sites classés, de nombreux sites inscrits, une réserve naturelle, deux sites faisant l'objet d'arrêtés de biotopes, plusieurs zones de protection (loi de 1930), deux Zones d'Importance Communautaire pour les Oiseaux sauvages (ZICO), quatre sites Natura 2000, et 52 Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique, Faunistique et Flauristique (ZNIEFF) (17 de type II et 34 de type II) qui représentent environ 20 000 ha, soit plus de 25% de la surface du bassin

Téléchargez le PDF de la présentation du bassin versant